Une dame pèse peu face à la conjonction adverse fou, tour, cavalier

La caractéristique de la partie de ce samedi 

Amicale , dans le cadre de mon club

Est d’opposer une vigoureuse dame blanche

A une triplette noire cavalier, fou et tour

Avec nombre identique de pions

De chaque côté 

La dame se révèle incapable de se mouvoir

Le dynamisme du Fou noir fait mouche 

Et crée le trouble en face 

Il est l’artisan de la victoire obtenue

Tour et cavalier assurant mise en cage de Dame blanche

Le mouvement fait le match 

Et déstabilise pièce à dix points 

Comme en liberté surveillée

Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien !

Si ces diverses réflexions 

Suscitent diverses questions 

Il y sera répondu séance tenante ici -même

Avec les moyens limités

Dont nous disposons 

Et en demandant évidemment

Grande indulgence aux lecteurs réguliers ou occasionnels 

L’auteur reste un débutant 

Dans le genre littéraire développé 

Qui a ses failles évidentes

Pensée échiquéenne étant bien friable 

Et étant basée toujours sur la controverse

Frappé par le caractère hyper technicien des publications

Autant que par leur faible densité  intérieure

L’auteur se propose de mettre un peu d’âme 

Sur des sujets qui en manquent cruellement

Il a toujours semblé curieux

D’entendre autour des échiquiers

C’est le seul coup possible ! 

Comme si c’était Chemin, Vérité et Vie !

En négation complète de toute maîeutique 

En refus de faire accoucher une pensée libre 

Un raisonnement à hauteur d’homme !

Usage des Fous avec les noirs, principe de la tenaille

Une série de défaites au Blitz

Contre logiciel Free

Fait pousser les racines de l’ouverture 

L’on y découvre bien de l’Impensé du jeu 

Le compromis des Fous

En l’occurence

L’un en Fianchetto
L’autre à l’offensive

Contre Cavalier tout juste sorti en F3 ou C3 

Principe de la tenaille 

Avec pour faiblesse

Le sacrifice calculé de sa propre paire de Fous

Ce qui implique faiblesse apparente 

Mais constitue solide développement

Malgré tout

Et propulse vite son camp

En vue d’un rapide et avantageux

Petit roque

De nature à donner

Un temps d’avance 

Et des échanges solides en perspective

Les noirs ne sont pas morts

Et sauront le prouver

Leurs cavaliers des deux ailes

Prêts pour un travail offensif décisif 

Et jamais loin  du centre

Seule querelle qui vaille !

Antithèse du Fianchetto

Fianchetto se fait avec centre puissant

Et entraîne risque de position figée

Fianchetto est donc figure du jeu positionnel

Et exige donc que ce jeu soit maîtrisé 

Il arrive que petit pion bloque l’un des Fous

Et en fasse quasi pièce nuisible car sans activité 

Car pièce au garage 

C’est comme pièce tombée au front 

Risque évident de l’Italien « petit coin »

Celui de l’immobilisme d’une grosse pièce 

D’oû inquiétude concernant doublage de cette stratégie 

Qui va créer cette forme de négation de la puissance 

Et entraîner en face

Irrépressible mouvement des voraces Cavaliers

Fils du non développement de ton camp

Pion est donc le noeud protecteur

Face à ce risque et cette fausse stabilité 

Car Fianchetto a effet psy rassurant

Pour tout joueur d’échecs débutant

Incertain sur ses flancs droits et gauches

Un match suite à une ouverture c4

Contre un joueur expérimenté m’en fît faire

Fastidieuse découverte 

Exigeante position 

Mais si difficile à tenir une partie durant

Surtout si expérience est présente 

Les livres en parlent peu

Et jamais spécifiquement 

Ce n’est pas un hasard !

De l’ouverture Hollandaise d4 f5 

La Française peut se jouer face à d4 ou c4 en ouverture

Elle repose sur e6 

Pion du roi avancé d’une simple case

Et choix du centre

Plutôt que des bordures avec le Fianchetto

Un échange de pions suit généralement

Et a pour effet de « liquider » la zone centrale

Ce qui entraîne entrée des Cavaliers dans l’arène 

Si les noirs ajoutent f5 à e6

Nous sommes face à une Hollandaise

Théorisée autrefois par Spielman

Et qui va obliger les noirs

A sortir l’un de leurs Fous

Afin de le confronter au Cavalier blanc le premier sorti

Le combat noir se joue alors sans paire de Fous

Et donc léger désavantage matériel

Qui devra être compensé

Par des avancées positionnelles

La partie relatée par Michel Benoît 

Est courte, mais violente

Victorieuse certes pour les Noirs

Mais au prix d’une lutte féroce 

Hollandaise a donc son mérite 

Elle est une Française adaptée à la d4 

Elle nécessite de bien protéger son aile roi

Le jeu sur colonne f

Créant des brêches

Dans lesquelles dame blanche peut faire son beurre 

Jeu certes intense

Mais ne tolérant pas

Moindre erreur de pions

Michel Benoît fût champion de France en 1972 à Vittel

Il écrit à merveille

Sur ce type de jeu dit romantique

Et dès les années 70

Interroge tout joueur

Sur les parties en ligne à venir 

Et sur la mort probable du jeu

Sous leur influence

Question de fond posée 

Sur un certain type de jeu

Et sur sa dimension « passéiste » 

Incompatible avec moeurs échiquéennes nouvelles

Celles du nouveau siècle 

Qui va privilégier

Incursions rapides

Et positions dites « hyper modernes »

Avec fameux Fianchettos

Et liquidations obligatoires

Avec minimum de tensions positionnelles

Pour obtenir un jeu très vite

Le plus clair possible

Et le plus négociable qui soit

Loin des réflexions faites pour de longues heures

Avec le dynamisme comme maître-mot

Soutien poétique a Marie France Ochsenbein

Elle a plume en rimes croisées 

Un peu Vincent Delerm
Un peu Rimbaud semelles de vent 
Elle hésite devant la prose
Et attend train gare de l’Est 
Elle dont le nom dit l’Alsace
Elle a parfois la plume sensuelle
Mais jamais osée 
Très respectueuse
Un peu Tradi au meilleur sens du terme 
Sa poésie sait se faire courte et humble 
Elle se lit aisément 
Et ne semble pas se prendre pour une haute poétesse
Même si elle a déjà beaucoup écrit
Et beaucoup publié 
Et que le métier se ressent 
Et imprime ses belles pages 
Qui disent le temps 
Qui disent l’enfance 
Qui disent la douleur 
Je vous invite à la découvrir 
Marie France Ochsenbein
Un nom à retenir !

La Française contient tout 

Un entrainement sur un logiciel 

Doit-il privilégier le jeu avec les noirs ?

L’on ressent bien que les conditions les plus dures

Engendrent le progrès du joueur ! 

Le jeu avec les Blancs ne posant pas

Le problème de la résistance

Sur ses propres lignes arrières ! 

Jouer de multiples ouvertures

Avec concentration sur ses trois lignes défensives

Semble base de belles améliorations innovations 

Car c’est la phase pénible

Qui fait réfléchir le plus 

Et sur laquelle

Tout concentre son emprise

Ô la Française, me direz vous

Avec tant de pions en mouchoir de poche 

Ô le Blitz 

Qui incite aux conneries constructives 

Pourquoi donc se disperser 

Sur d’autres bases ?

Résumé de notre seul nécessaire 

Apprendre à défendre vite et bien 

En fin limier de sa surface de réparation

Lorsque des Fous arrivent 

Afin de tuer au plus vite vos cavaliers

Et créer en votre structure 

Les pions doublés qui tuent et puent 

Et dont l’alignement sera votre tombale pierre

Par le biais d’une adversité

Complice de cet état de fait

Il faut donc bosser en situation

Avec les penseurs de l’école positionnelle 

Qui ont l’immense mérite

De mettre joueur face à ses failles béantes

Sous couvert de Modernisme 

Ne jamais mettre la Française au programme 

Restera donc gage d’immobilisme 

Tant elle porte de richesses gênantes 

Le savoir intense lié à la Française 

Étant si beau Trésor pour le débutant 

Qui garde naîveté de croire

En un jeu démocratisé

Ouvert à tous les hommes

Et non à élite auto proclamée 

Compétitive et mondialisée 

Face aux pékins que nous sommes