Sicilienne Indienne du Roi

A l’âge de 14 ans, en 1957, Fischer rencontre Feuerstein , sur une ouverture Sicilienne de type « Indienne du Roi » E4 C5 , caractérisée par un Fianchetto aile Roi, précédé d’un Cavalier aile Roi En f3 Et suivi d’un habile coup d3, permettant de solidifier coup blanc de départ.

Les noirs évitent tout Fianchetto symétrique , suite à leurs pions liés de départ e6 d5 et à la sortie obligatoire de leur Cavalier aile Roi En f6. L’enfermement de leur Fou en e7, avec pour idée un petit roque rapide, rend leur défense forcément fragile et crée pour eux un contexte difficile. Le petit roque blanc, la prise de la colonne par la Tour en e1 engendrent une consécutive poussée noire en e5, qui va rendre impossible une victoire noire. E5 est souvent définie comme une case maudite.

Les 23 coups du milieu de partie ne changent rien . L’échange de dames finit par donner la victoire aux blancs. Leur position étant, semble-t-il, un peu meilleure.

Auteur : pierreyveslesquerenorangefr

il est vital de dire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s