Hans Berliner Robert Fischer 1957.

L’ouverture Indienne du Roi « Sämisch  » oppose Hans Berliner à Fischer en 1957. Elle débouche sur une nulle. Fischer n’a que quatorze ans. Il joue avec les noirs l’une de ses réponses préférées à l’ouverture d4.

A d4, les noirs répondent en sortant leur Cavalier aile Roi En f6. Le coup blanc c4 suit immédiatement. Les noirs optent pour un Fianchetto aile Roi, tandis que les blancs sortent leur Cavalier aile dame en c3. Central et percutant, coup blanc e4 suit. Les noirs optent pour d6, constitutif des ouvertures Indiennes. Le coup blanc f3, qui définit la Sämisch, se produit alors. Le pion blanc e4 avance alors, en réaction, en e5. Cavalier blanc aile Roi Se positionne alors devant son Roi, sur case e2. Petit roque noir suit. Fou blanc aile Roi non sorti choisit case e3, devant son Roi. Les noirs jouent le défensif c6. Coup blanc d5 attaque ce pion. Les noirs prennent, les blancs reprennent. Cavalier noir initialement sorti en f6 recule alors en e8. Dame blanche sort prudemment sur case d2 . Coup f5 noir suit, assurant un grand équilibre des forces.

Grand roque blanc a lieu. Cavalier noir joue d7, devant sa Dame. Roi blanc se protège en b1. Cavalier noir en recul en e8 regagne case f6. Tandis que Cavalier blanc repart en c1. Pion noir f5 prend pion blanc e4. Pion blanc f3 reprend. Cavalier noir Choisit alors g4. Fou blanc e3 recule alors en g1. Le match se révèle hyper défensif. Fou noir rejoint la bordure Sur case h6. Dame blanche recule en e1. Cavalier noir Choisit alors case c5. Cavalier blanc part en d3. Cavalier blanc prend ce Cavalier noir. Fou blanc reprend. Fou noir rejoint d7. Fou blanc joue b5. C’est l’échange des Fous. Cavalier blanc reprenant , avec a6 .

Cavalier blanc se rend en a3. Tour noire se décale en c8. Coup blanc b3 se produit. Pour la énième fois, Cavalier noir regagne f6. Fou blanc repart en e3. Un second échange de Fous a lieu alors. Dame noire gagne la bordure, sur case a5. Tour blanche h1 se centralise en e1. Les noirs jouent b5. Tour blanche repart en c1. Dame noire joue a4. Cavalier blanc joue c2. Tour noire prend place en f7. Coup blanc a3 suit. Tour noire f7 gagne c7. Cavalier blanc se place en b4. Deux échanges de Tours suivent. Coup noir a5 ne peut empêcher la Dame blanche de placer un échec depuis la case c8. Roi noir répond g7. Dame blanche place nouvel échec Depuis case c7. Roi noir répond h6. En c1, Dame blanche place nouvel échec, que couvre aussitôt coup noir g5. Ce pion se trouve attaqué par pion blanc h4. Mais Cavalier noir va prendre pion blanc e4. Cavalier noir aile Dame part alors en c6. Une avancée noire b4 se produit. Dame blanche gagne e1. Pion blanc b4 s’empare du pion noir a3. Le pion blanc h4 place échec, par la prise du pion noir g5 . Roi noir réagit en g7. Cavalier blanc prend alors Pion noir a5. Les noirs placent échec en a2. Roi blanc a1 fait alors face à Cavalier noir en c5. Poussée blanche b4 suit. Cavalier noir place échec, depuis case b3. C’est un échange de Cavaliers. Dame blanche gagne case centrale e4. Roi noir réagit pas f8. Coup blanc g6 suit. H6 noir répond. Dame blanche part en f5. Dame noire s’empare du pion blanc d5. Le 46éme coup voit la Dame noire rejoindre d7 et le Roi noir se placer en f8.

Le coup blanc b5 précède une mise en échec par la Dame noire en d1. Roi blanc répond en s’emparant du pion noir a2. Dame noire replace échec, depuis case a4. Roi blanc se positionné en b2. Dame noire remet le couvert en b4. Roi blanc va en c2. Dame noire attaque à nouveau, depuis case c5. Roi blanc réagit en b3. Dame noire recommence en d5. Roi blanc choisit la bordure, sur case a3. Percutant coup blanc e4 suit, qui n’est plus mise en échec. Dame noire joue h7, dame blanche joue d3. Roi blanc va en a4. Dame noire renoue avec l’échec, depuis case d4. Roi blanc va en a5, dame noire en a1. Roi blanc b6 fait face à Dame noire f6. Roi blanc c7 face à Dame noir g7, avant que la nulle ne soit choisie. Au vu du caractère insoluble des oppositions constatées. Les deux Dames jouant l’une avec l’autre, comme au chat et à la souris.

Le détail de la partie est le suivant

1 d4 Cf6

2 c4 g6

3 Cc3 Fg7

4 e4 d6

5 f3 e5

6 Cge2 00

7 Fe3 c6

8 d5 c×d5

9 c×d5 Ce8

10 Dd2 f5

11 000 Cd7

12 Rb1 Cef6

13 Cc1 f×e4

14 f×e4 Cg4

15 Fg1 Fh6

16 De1 Cc5

17 Cd3 C×C

18 F×C Fd7

19 Fb5 F×F

20 C×F a6

21 Ca3 Tc8

22 h3 Cf6

23 Fe3 F×F

24 D×F Da5

25 Th e1 b5

26 Tc1 Da4

27 Cc2 Tf7

28 a3 Tf c7

29 Cb4 T×T

30 T×T T×T +

31 D×T a5

32 Dc8+ Rg7

33 Dc7+ Rh6

34 Dc1+ g5

35 h4 C×e4

36 Cc6 b4

37 De1 b×a3

38 h×g5+ Rg7

39 Cxa5 a2+

40 Ra1 Cc5

41 b4 Cb3 +

42 C×C D×C

43 De4+ Rg8

44 g6 h6

45 Df5 D×d5

46 Dd7 Rf8

47 b5 Dd1+

48 R×a2 Da4+

49 Rb2 Db4+

50 Rc2 Dc5+

51 Rb3 Dd5+

52 Ra3 e4

53 Dh7 Dd3 +

54 Ra4 Dd4+

55 Ra5 Da1+

56 Rb6 Df6

57 Rc7 Dg7+

Exercices du jour

Les exercices ont pour avantage de développer la vision du jeu et le regard spécifique sur le centre de l’échiquier. Sur le premier d’entre eux, le Cavalier blanc e5 protège le Fou e3 , dans un contexte de menace de fourchette du Cavalier noir sur case d2 . Fourchette à l’effet prévisible dévastateur pour le camp blanc . Ce Cavalier blanc a l’inconvénient de ne bénéficier d’aucune protection, dans l’occupation de sa case centrale. Les noirs ont donc pour devoir impérieux de le projeter ailleurs, afin de pouvoir faire leur besogne. Cet ailleurs est soit la case c4, soit la case g4. Une fois le coup noir f6 opéré. Ensuite, Cavalier noir est d3 obéit à une logique de mat très proche. Dame blanche joue d2. Cavalier noir en b4 met à mort le camp blanc.

Dans l’exercice 2, les noirs ont à la fois le trait et l’avantage. Cavalier noir f5 a le droit de penser à se sacrifier. La question principale restant la maîtrise du centre et en particulier de la case e4. Si ce sacrifice se produit, la dame blanche va prendre ce Cavalier. Mais la Dame noire réagit en prenant le pion e5 et en mettant en échec le Roi blanc. Dame noire doit quasi obligatoirement procéder à l’échange et permettre au Cavalier noir d7 de venir en e5 . Menaçant Fou d3 et visant case f3, synonyme encore une fois de fourchette. Même si Cavalier blanc g1 veille au grain, sur cette dangereuse case. Tout de même, prise du centre a eu lieu par les noirs.

L’autre possibilité offerte est la prise du pion blanc e5 par le Cavalier noir d7. Pion blanc d4 prenant de suite ce Cavalier, tandis que dame noir reprend et met en échec le Roi blanc. Ce qui est a priori bien plus offensif pour les noirs. Soit Roi blanc étant déroqué, soit dame blanche se décidant en vue d’un échange qui lui sera défavorable, la position du Cavalier noir survivant semblant, de toute façon, prédominante.

L’exercice 3 se caractérise par une dame blanche dangereusement exposée au centre et sans protection. En se plaçant en f6, le Fou noir va donc la déstabiliser. Case d2 malhabile semble la moins dangereuse pour elle. Mais tout patine ensuite, devant la solidité de la défense blanche. Par contre, si le Fou noir prend d’entrée le pion blanc h4, la configuration est différente. Menacé, Cavalier blanc f2 est obligé de partir. De préférence en e4. Mais il tombera dans tous les cas. Sauf en h3, Oû il sera à l’abri. Cavalier noir en d3 mettant en échec le Roi blanc et sifflant la fin rapide des hostilités.

L’exercice 4 semble plus simple. Le mat noir est bien amorcé. Il repose sur la conjonction de la Dame noire et de son Fou. En l’absence de toute grosse pièce blanche susceptible de défendre son camp. Le sacrifice du Cavalier noir garantissant le gain du match.

Quatrième séance samedi 13 octobre 2018 14h30 19h00

Nous étions un peu moins nombreux ce jour. Il est vrai que le soleil brillait dehors de façon resplendissante. Ce qui n’incite pas à s’enfermer, en vue d’une après-midi d’échecs. Néanmoins, nous avons pu compter sur le soutien des mamans d’Eliot et de Tom, pour ce qui est des compétitions à venir, dans lesquelles ils auront toute leur place. A ce titre, la notion de Fianchetto a permis à Tom d’enregistrer un certa

in nombre de progrès . Nous les avons vus très vite . Les parties avaient un équilibre plus grand. On ressent parfois qu’une simple approche théorique peut vite contribuer à un jeu plus fluide et plus percutant.

Chez les adultes, l’on ressent aussi que le jeu se « muscle » chez tous les participants. Les exercices donnés par Georges font du bien , « tactiquement » et ont pour effet de réduire les écarts. L’approche théorique fait progresser le groupe. Elle est absolument essentielle. Apprendre à dégager les idées principales d’une partie la rend forcément bien plus pratiquable . Nous avons tous droit à une information de nature à faire avancer notre jeu . La communiquer est au coeur des préoccupations du bureau. Et le restera tout au long de l’année en cours.

Le flyer a été adopté enfin, sur la base d’une légère modification de la couleur de l’adresse du courriel. Et avec l’idée de placer cette adresse de façon à la rendre accessible directement sur notre site, sur une idée d’Eliot. Ce flyer sera diffusé essentiellement à nos contacts Internet. L’imprimer à des centaines d’exemplaires nous coûterait très cher. Nous irons donc à l’économie. Nous faire connaître exige bien des tours de passe-passe, dont celui-là.

Nous avons évidemment perdu beaucoup de monde en cours de route, beaucoup ne reviendront pas, c’est désormais une certitude. Nous restons donc préoccupés par notre nombre de licenciés. Neufchateau n’a plus que 15 membres et a perdu son premier match dimanche dernier, deux échelons au-dessus de nous. Gérardmer , qui était notre adversaire l’an dernier, a perdu par 6 points à 0, accédant dans la douleur au niveau supérieur et bénéficiant depuis peu d’un arbitre, son Président. Notre sport est bien difficile. Nous ne serons pas ridicules du tout, dans ce contexte, en l’année qui démarre. Avec nos moyens et à notre niveau.

La salle a été aspirée en fin de journée. Georges a enregistré les premières cotisations. Nous n’allons pas mal du tout, soyez en convaincus .

Partie Rehevsky Fischer 1961.

Il nous faut trouver une victoire blanche, sur l’ouverture 1.d4 Cf6, les précédents cas donnant à chaque fois un avantage décisif aux noirs. Cette partie de 1961 oppose Rehevsky à Fischer et Fischer va perdre avec les noirs. Elle est intitulée « Indienne du Roi ». Les blancs jouent c4 et les noirs répondent par leur Fianchetto habituel, sur aile Roi. Cavalier blanc aile dame choisit de se déployer en c3. Puis les blancs jouent e4 et trouvent face à eux une réponse noire d6, habituelle dans ce cas. Fou blanc part alors en e2, devant son Roi, tandis que les noirs choisissent un petit roque. Cavalier blanc aile Roi part alors en f3 . La poussée noire sur la colonne e , centrale, se produit en e5 . Les blancs jouent leur petit roque. Cavalier noir aile dame se place en c6. La question de l’opportunité de l’avancée noire e5 se trouve posée. Autre Fou choisit alors e3 , toujours sur la colonne du Roi. Cavalier noir avance alors en g4, de façon à la fois très offensive et prématurée. Fou blanc rejoint case g5 .Fou noir joue f6, en vue de l’échange des Fous. Cet échange se produit, laissant le Cavalier noir en f6 , c’est à dire sur une case non centrale et assez repliée.

Coup blanc d5 se produit, de façon assez opportune, les noirs n’ayant pas la maîtrise du centre. Cavalier noir f6 se replie dangereusement en e7. Cavalier blanc joue e1, en parallèle. Cavalier noir autre se projette en d7 . Cavalier blanc répond d3. Les noirs jouent f5 et se dégarnissent . Pion blanc e4 prend et est repris Par pion noir g6, issu du Fianchetto initial, désormais fort affaibli, suite à du « jeu dangereux » sur la cinquième colonne. Coup blanc f4 peut donc avoir lieu tranquillement. Cavalier noir joue un coup g6 assez quelconque. Dame blanche met, en d2, le nez à la fenêtre. Tour noire du petit roque prend la colonne en e8. Pion blanc f6 s’empare alors du fameux pion noir e5 et est repris Par le Cavalier d7. Un échange de Cavaliers suit. La Tour noire est contrainte d’agir. Cavalier blanc part en b5. Fou noir rejoint d7, comme bloqué . Fou blanc s’oppose à lui en d3. Le Fou noir s’empare du Cavalier blanc et est repris dans la foulée. Avant que Dame noire ne se place en d7, toujours de façon très repliée. Dame blanche osé alors la case f2, plus offensive. Les noirs jouent f4. Le Fou blanc reprend le Cavalier noir et tombe. Dame blanche reprend le pion f4 .Ce qui lui donne un premier pion d’avance. Tour noire a8 choisit e8, la place ayant été désertée.

Tour blanche a1 se replace alors en d1. Dame noire répond g7. Coup blanc h3 a alors lieu. Tour noire se place en e2. Tour blanche joue d2. Tour noire repart en e4. Dame blanche joue alors f2. Avant coup noir b6. Les blancs avancent en a3, sur la bordure.

Tour noire se place en e5. Dame blanche lui répond f6, provoquant ainsi l’échange des Dames. Tour blanche reprend. Cet échange est décisif. Roi noir se protège en g7. Tour blanche part en f2. Roi noir Choisit la bordure En h6. Roi blanc fait de même en h2. Tour noir jouant c4. Avant Tour blanche en c2 et échange des Tours. Avant que les noirs ne récupèrent en d5 leur pion de retard. Coup blanc se produit en a4 se produit et est décrit comme excellent, Tour noire jouant d4. C’est un nouvel échange de Tours. Roi blanc choisit g3. Le coup noir d5 a lieu, percutant comme il peut les défenses blanches, mais donnant au Roi blanc la possibilité de rejoindre f4. Les noirs poursuivent en d4. Roi blanc prend case centrale e4. Roi noir joue en g5. Coup blanc g3 suit. Roi noir stagne en f6. Coup blanc b4, avant reprise noire immédiate, laissant la possibilité au Roi blanc de prendre le pion central d4. Ce qui précède de peu sa victoire. Par occupation et maîtrise du centre, essentiellement et sans avantage notoire de matériel.

1 d4 Cf6

2 c4 g6

3 Cc3 Fg7

4 e4 d6

5 Fe2 00

6 Cf3 e5

7oo Cc6

8 Fe3 Cg4

9 Fg5 Ff6

10 F×F C×F

11 d5 Ce7

12 Ce1 Cd7

13 Cd3 f5

14 e×f5 g×f5

15 f4 Cg6

16 Dd2 Te8

17 f×e5 Cd×e5

18 C×C T×C

19 Cb5 Fd7

20 Fd3 F×C

21c×F Dd7

22 Df2 f4

23 F×C h×F

24 D×f4 Tae8

25 Tad1 Dg7

26 h3 T5e2

27 Td2 T2e4

28 Df2 b6

29 a3 T8e5

30 Df6 D×D

31 T×D Rg7

32 T6 f2 Rh6

33 Rh2 Tc4

34 Tc2 T×T

35 T×T T×d5

36 a4 Td4

37 T×T b×T

38 Rg3 d5

39 Rf4 d4

40 Re4 Rg5

Troisième séance samedi 6 octobre 2018 de 14h 30 à 19h .

Notre troisième séance de la saison démarre par le retour apprécié de tous de Tom et d’Axel, deux frères de 11 et 6 ans, qui ont, en nos murs, depuis trois années, une présence régulière. Leur retour a pour effet de renforcer l’école d’Echecs, dans laquelle Eliot va trouver désormais des partenaires de sa génération, tous potentiels défenseurs de nos couleurs sur les échiquiers départementaux. Ces deux frères ont toujours une bonne humeur contagieuse. Ils ont toujours avec les plus âgés beaucoup de sympathie. Leur volonté de jouer dans un bon esprit est incontestable. Visible dans les deux parties amicales effectuées au cours de l’après midi, après nos laborieuses explications sur l’ouverture Est Indienne, estimée comme devant logiquement répondre au coup d4 si souvent pratiqué. Dans ce contexte positif, nous enregistrons avec tristesse la démission de Marie Laure. Nous espérons qu’elle prendra le temps de la réflexion . Elle sera toujours la bienvenue, sa contribution à notre Assemblée Générale restant dans nos mémoires, comme le signe de son fort soutien à notre association. Association pour laquelle tout membre compte. Nous ne sommes que fort peu nombreux. Tout départ nous est forcément préjudiciable. Et nous fait douter de notre action collective, nécessairement.

Adam, Matteo, Leo Pol, Alexy , Julia et Théo ne sont, à ce titre, pas encore de retour . Nous comptons sur eux et sur leur attachement au Club du Pays Thermal, qui a besoin de leur concours, pour progresser et se renouveler. Ils sont la génération montante. Nous ne bâtirons pas de nouvelles perspectives si nous perdons en chemin ceux sur lesquels l’apprentissage de notre sport repose.

Georges propose , en cet après midi, un petit tournoi de parties rapides. Nous sommes quatre à y participer, tout se déroule au mieux , sur une base de cinq minutes, dans laquelle Georges se donne trois minutes, en raison de son écart de niveau avec nous. Il l’emporte aisément sur nous tous. Denis progresse à grands pas. Eliot se révèle très affûté à la pendule, alors qu’au mois de Mai, il hésitait encore beaucoup , avant de poser ses coups. Ce qui est le signe de sa prise de confiance . La partie rapide est une belle école . C’est la « note de synthèse » faisant le point, en un clin d’oeil, sur notre état de santé échiquéen. Aller vite compte . Mais aussi maîtriser ses ouvertures. Avec une notion ludique évidente et bien des éclats de rire. Car nos erreurs nous font beaucoup rire à chaque fois. Et nous apprennent à rester le plus humble possible devant l’échiquier. La réduction du temps de réflexion imparti peut a priori sembler ridicule. Ce peut être au contraire un bon outil de progression sur les parties longues. Et une base de travail pour ceux dont le temps destiné à l’entraînement reste limité. Nous y mesurons aussi tout ce qu’il nous reste toujours à apprendre. Et là, c’est impressionnant !

La discussion, en fin d’après-midi, porte sur notre flyer. La phrase « bienvenue à tous » est commentée. Elle ne donne pas assez, selon Michel Rollin, le signe que le jeu est accessible, ouvert à tous ceux qui le veulent. Michel parle de l’aspect un peu guindé du jeu d’Echecs. De son image trop intellectuelle et « haute société ». Qui freine les clubs dans leur recrutement. La remarque est judicieuse. Nous décidons donc de modifier notre formulation. Nous nous décidons pour la formule « un club accessible à tous », qui semble plus consensuelle. Elle figurera en tant que telle dans le flyer. Puis sera soumise à une nouvelle approbation samedi prochain, devant précéder toute diffusion. Chaque avis devant toujours être pris en compte, pour notre bon fonctionnement.

Nous abordons aussi le sujet des cotisations. Georges ira à la banque déposer les chèques. Michel étant absent pour le moment. La Fédération nous demandant de régler notre quote-part pour la fin Octobre. Nous nous quittons sur ces décisions.

La limite pour les exercices établis par Georges est fixée à samedi prochain. Nous les évoquerons en détail. Nelly parle de des soucis de vision. Nous ferons en sorte de lui communiquer les positions entre temps, pour qu’elle puisse faire les exercices, comme chacun de nous. Pierre était également présent, avec Gérard, dans une ambiance fort chaleureuse. Chacun jouant à son rythme et prenant toujours le temps de l’échange, de la discussion, de la convivialité. Nous y tenons. A ce titre, l’expression « Roi des sports de l’Esprit » présente sur les slogans Fédéraux, nous semble manquer un peu de respect pour nos démarches à tous, qui ne feront jamais de nous autre chose que des sympathisants de la cause, loin de toute ambition démesurée . Ce slogan est trop marqué . Nous ne pouvons y adhérer en quoi que ce soit, si nous voulons rester dans la mesure.

Spassky Fischer 1992 Ouverture Est Indienne

Tandis que les blancs ouvrent par le biais de d4, les noirs répondent en plaçant Leur Cavalier aile Roi, sur case f6. Les blancs poursuivent en c4 leur occupation du centre, tandis que les noirs se décident pour un Fianchetto aile Roi, qui a pour effet d’attaquer ce centre dominateur. Cavalier blanc aile Dame se déploie alors en c3, avant un coup blanc central e4, permettant une triple occupation blanche des pions centraux. Les noirs répondent par d6, qui est un des coups caractéristiques de l’ouverture Est Indienne.

Coup blanc f3 se produit, en réaction, de façon relativement surprenante ,mais en tant que soutien au pion central e4 . Petit roque noir se déroule ensuite, devant faire face rapidement à un Fou blanc placé en e3, juste devant le Roi blanc. Cavalier noir aile dame choisit ensuite la case c6 , dans une idée de développement des grosses pièces. Cavalier blanc aile Roi sort assez tardivement en e2, devant son Roi. Ce qui semble assez passif. Coup noir a6 se donne pour but de sécuriser l’aile Dame. Tandis que la Dame blanche joue d2 et que la Tour noire a8 ne se place en b8, prenant ainsi une colonne importante.

Coup blanc h4 provoque coup noir h5, de façon quasi symétrique . Fou blanc part en h6 sur la bordure, créant l’opportunité pour les noirs de pousser leur avantage en e5.

Au onzième coup, le Fou blanc s’empare du Fou noir g7 , avant d’être repris par le Roi noir. L’échange semble alors favorable aux noirs. La poussée blanche d5 sur la case centrale va générer le recul du Cavalier noir en e7. Cavalier blanc se replaçant en g3, avant coup noir c6 audacieux. Les blancs prennent. Le Cavalier noir reprend et occupe alors cette intéressante case. Grand roque noir tardif a alors lieu. Coup noir f6 se révèle de même nature que le précédent c6 et n’a d’autre but avéré que de rendre la défense noire de plus en plus infranchissable. Roi blanc se rend en b1, se sentant probablement déjà menacé. Cavalier noir recule en e8, de façon hautement stratégique, sur sa dernière traverse. Cavalier blanc gagne alors temporairement la case centrale d5. Poussée noire b5 suit. Cavalier blanc joue e3. Tour noire se décale en h8 , tandis que Tour blanche joue c1 et que la Dame noire opte pour b6. Nous entrons dans la phase d’observation, au cours de laquelle les positions vont peu évoluer.

Fou blanc se rend en d3. Cavalier noir s’empare de la case centrale d4, Cavalier blanc de l’autre case centrale d5. Dame noire recule en a7, Cavalier blanc en f1 . Cavalier noir se replace en f6. Cavalier blanc rejoint e3. De façon décisive, Fou noir s’empare du pion noir d5 et est repris Par le pion c6, placé au début ici avec une idée précise, qui trouve sa confirmation précise lors des coups suivants. Les noirs viennent d’imposer un échange et de donner ainsi la direction des opérations. Le pion blanc au centre va les avantager notoirement . Tour noire b8 choisit case c8, de façon plus centrale. Tour blanche rejoint f1 et Dame noire e7, dans un jeu volontairement fermé. Poussée blanche g4 fait face à un Cavalier noir en d7. Poursuite g5 de la poussée blanche fait face à un Roi noir en f8. Tour blanche f2 s’oppose au Roi noir en e8, dans une nouvelle phase d’observation. Fou blanc en f1 ne crée plus aucune brèche , ce qui n’est pas le cas de Cavalier noir en c5, qui indique comme une domination en train de se profiler, sur des bases plus positionnelles que matérielles, chacun ayant la même valeur de pièces sur l’échiquier, mais pas un espace identique de mouvement , en cette fin de partie.

La finale démarre par un Fou blanc placé en h3, sur la bordure. Tandis que Tour noire choisit c7, de façon beaucoup plus défensive. Tour blanche répond c1 du tac au tac, sur la même colonne. Cette notion de contrôle des colonnes est essentielle dans le verdict de ce match. La réaction noire consiste à placer l’un des Cavaliers en b3. Les blancs le prennent. Les noirs se contentent de reprendre un pion, dans un sacrifice tout à fait calculé, avec perte de deux points absolument consentie. Tour blanche se déplace alors en c6. Mais Cavalier noir récupère un pion d2 et place un échec. Tour blanche prend. Roi noir Choisit f8. Tour blanche s’empare alors de a6, tandis que Tour noire répond a7. Tour blanche Repart en c6. Roi noir joue g7. Fou blanc recule alors en f1 et permet à Tout noire de placer un échec Depuis case a1. Le Roi blanc fait tomber cette Tour, avant que Dame noire en a7 ne place nouvel échec. Roi blanc fait alors ce qu’il peut, en perdition. Le coup noir b4 lui porte l’estocade et provoque l’abandon des blancs .

Détail des coups.

1 d4 Cf6

2 c4 g6

3 Cc3 Fg7

4 e4 d6

5 f3 00

6 Fe3 Cc6

7 Cge2 a6

8 Dd2 Tb8

9 h4 h5

10 Fh6 e5

11 F×g7 R×g7

12 d5 Ce7

13 Cg3 c6

14 d×c6 C×c6

15 000 f6

16 Rb1 Ce8

17 Cd5 b5

18 Ce3 Th8

19 Tc1 Db6

20 Fd3 Cd4

21 Cd5 Da7

22 Cf1 Cf6

23 Cfe3 F×d5

24 c×d5 Tbc8

25 Tcf1 De7

26 g4 Cd7

27 g5 Rf8

28 Tf2 Re8

29 Ff1 Cc5

30 Fh3 Tc7

31 Tc1 Ccb3

32 axb3 C×b3

33 Tc6 C×d2+

34 T×d2 Rf8

35 Txa6 Txa7

36 Tc6 Rg7

37 Ff1 Ta1+

38 Rxa1 Da7+

39 Rb1 D×e3

40 Rc2 b4 0-1